Skip to Content

Les soldats du feu

Publicité vantant les mérites d’une pompe à incendie, extraite du Journal des sapeurs-pompiers, 30 avril 1914. Archives départementales du Morbihan, 6 R 4

Création sous la révolution

La lutte contre les incendies a longtemps été à la charge des habitants ou confiée à des corps non spécialisés. Le principe d'un service de pompiers remonte à l'époque révolutionnaire. Les décrets du 16 août 1790 et du 5 novembre 1792 en confient la responsabilité à l'autorité municipale. En 1804, les préfets sont incités à favoriser l'installation de compagnies dans les communes les plus peuplées.
En 1831, une nouvelle loi préconise, pour les communes, la formation des compagnies de sapeurs-pompiers dans le cadre de la Garde nationale, là où il n’existe pas de corps spécialisé. Ces compagnies doivent être composées essentiellement « d’anciens officiers et soldats du génie militaire, d’officiers et d’agents des Ponts-et-Chaussées et des Mines et d’ouvriers d’art ». Entrée en vigueur en 1835, la loi est le point de départ de nombreuses créations de corps dans le Morbihan au sein de la Garde nationale. Ces créations s’ajoutent aux compagnies déjà existantes telles Vannes, Auray, Ploërmel ou Le Palais.
Pour autant, le département reste démuni pour lutter contre les incendies de grande ampleur. En juillet 1856, Brandérion est ainsi le théâtre d’un incendie considérable qui fait disparaître 30 maisons sur les 44 que comptait le bourg.

Un développement progressif

Un règlement d’administration publique du 29 décembre 1875 fixe une nouvelle organisation générale des corps de sapeurs-pompiers existants ou à créer. Modifié plusieurs fois jusqu'en 1940, ce règlement substitue au service obligatoire de la Garde nationale, un système d'engagement quinquennal pour le recrutement des pompiers. Le règlement général préconise également la nomination d'un inspecteur départemental pour contrôler les compagnies. Sa nomination n'intervient qu'en 1909 dans le Morbihan. Le département compte alors 29 corps de sapeurs-pompiers régulièrement organisés dont 4 compagnies, 25 subdivisions ayant un effectif légal de 1 260 hommes. Les effectifs et les moyens matériels progressent peu à peu. Dix corps supplémentaires de sapeurs-pompiers sont créés en l’espace de 14 ans.

La départementalisation des moyens

Après la seconde guerre mondiale, la lutte contre le feu reste du ressort de chaque commune. On constate de grandes disparités de moyens selon les ressources des localités. Les nombreux incendies, conséquences de la sécheresse exceptionnelle de 1976, révèlent de façon criante le manque de moyens de lutte contre le feu. Après l’incendie des landes de Lanvaux, les élus des communes rurales réclament la départementalisation des moyens de lutte contre l’incendie, projetée depuis quelques années. Le Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) est mis en place en 1977.

Des sources historiques à exploiter

Les archives départementales du Morbihan conservent de nombreux documents qui permettent de retracer l’histoire des sapeurs-pompiers depuis la Révolution. La sous-série 6 R consacrée à l’organisation de ce corps vient d’être reclassée. Constituée de dossiers émanant de la préfecture du Morbihan, elle a pour objet l’administration générale des pompiers dans le département avec en particulier la constitution et le fonctionnement des compagnies entre 1800 et 1940.
Les pompiers étant exclusivement une compétence municipale avant 1977, cette sous-série est à compléter par la consultation des fonds d’archives communales déposées (sous-série 3 ES) et des dossiers produits par les bureaux de la préfecture chargés du contrôle des affaires communales (sous-série 2 O). Ils renferment notamment de nombreuses informations sur l’organisation et le personnel des brigades, la construction de casernes et l’acquisition d’équipements.
Pour la période plus contemporaine, l’histoire des incendies est documentée grâce aux dossiers de la direction départementale de l’agriculture et de la forêt (DDAF). En effet, une circulaire du 5 juin 1976 met en place un système de renseignements statistiques collectés à l’aide de rapports d’incendies de forêts, landes, maquis qui entraîne la création d’un registre des incendies de forêts du Morbihan.