Skip to Content

Des pins à Quiberon pour protéger la route nationale

Extrait du plan général indiquant la situation des semis et gazonnements, 31 décembre 1859. Archives départementales du Morbihan, 4 S 76

L’accès à la presqu’ile de Quiberon a été, jusqu’à la moitié du XIXe siècle, très difficile. Un rapport aux élus du Département relate : « c’était un désert de sables mouvants ; on se rendait à Quiberon par des routes impraticables, tantôt en côtoyant le rivage, tantôt en suivant des chemins impossibles à décrire, puisqu’ils n’existaient pas. » Le préfet Lorois lance alors vers 1847 la construction de la route nationale n°168 d’Auray à Quiberon. Elle forme l’unique voie de communication de Quiberon. Cependant, la route est constamment envahie par les sables apportés par les vents. C’est un travail considérable de déblayer la route après chaque tempête.
L’administration des forêts apporte une solution. Elle réalise, en 1859, des semis de pins afin de fixer les dunes entre l’anse du Bégo et le fort de Penthièvre et protéger ainsi la route nationale. L’opération est une réussite, si bien que les habitants réclament une seconde campagne de plantation.