Skip to Content

Élisa Napoléon Baciocchi, la princesse fermière

La princesse Élisa Napoléon Baciocchi, nièce de Napoléon Bonaparte, nait le 3 juin 1806 à Lucques en Italie. En 1824, elle épouse le comte Filippo Camerata, qui lui donne un fils, mais le couple se sépare peu après.
Lors de l’accession au pouvoir de son cousin Napoléon III, elle vient s’établir en France. Initiée à l’étranger à la gestion d'une grande exploitation rurale, elle achète le château de Viviers-les-Ruines, près de Melun, où elle s'adonne à l'agronomie et à la pisciculture. Au contact des grands éleveurs du moment, elle remporte plusieurs prix à l'exposition universelle de 1855.
En 1858, à la suite de la mort de son fils et d’un voyage de Napoléon III, elle s’installe définitivement en Bretagne. Poursuivant ses passions, elle encourage, dans le Morbihan, l’élevage de poissons, d’huitres. Son nom est définitivement associé au village de Colpo qu’elle crée de toutes pièces. Elle meurt en 1869 dans son château de Korn-er-Houët, à l’âge de 63 ans.

Du domaine agricole modèle...

Château de Corn-er-Houët, carte postale, [s.d.]. Archives départementales du Morbihan, 9 Fi 42/11

En 1857, à la demande de Napoléon III, la princesse Baciocchi se rend en Bretagne afin d’y préparer la visite de l’empereur. Par ses activités agricoles, elle entretient des relations avec la région. Son séjour dans le Morbihan l’a conduite à vouloir acquérir des terres. La princesse est particulièrement intéressée par l’achat d’un millier d’hectares sur les landes de Coëtquidan où l’installation d’un camp militaire est projetée. Les habitants de Beignon et de Guer s’opposent cependant au projet d’acquisition.
C'est finalement sur les landes de Lanvaux à Grand-Champ que son choix s'arrête. Le 19 avril 1858, après avoir indemnisé des bohémiens installés sur place, elle y achète 300 hectares de terres incultes puis 200 autres en septembre sur la commune de Bignan.

 

Plan de la laiterie, extrait de la brochure Les Primes d'honneur en 1867. Archives départementales du Morbihan, RB 264

Grâce à des moyens financiers importants et au soutien de l’empereur, la princesse y crée une exploitation agricole modèle. Après avoir fait défricher les landes, elle fait construire sa résidence et trois fermes à Korn-er-Houët où sont développées de nouvelles techniques comme l’utilisation d’une charrue à vapeur. De même, elle prend de multiples initiatives afin de diffuser les progrès de l’agriculture avec la création d'un concours et des encouragements à l'élevage et l’agronomie.

... au village modèle

Vue générale du village de Colpo, [s.d.]. Archives départementales du Morbihan, 9 Fi 42/3

La princesse a également pour projet la construction d’un village modèle à Colpo comme sa mère l'avait fait en Toscane. Elle se heurte cependant à l’opposition du conseil général et des conseils municipaux de Bignan et de Saint-Jean-Brévelay qui doivent être amputées d’une partie de leur territoire dans le projet de nouvelle commune. Multipliant les démarches, forte du développement des activités agricoles à Korn-er-Houët et l’installation d’une main-d’œuvre importante, la princesse obtient des autorités l’érection officielle de Colpo en commune par la loi du 4 juin 1864. Le statut de paroisse est délivré ensuite par l’évêque de Vannes le 30 août 1866.  
Seule la visite de Napoléon III, en novembre 1865, et l'assurance de son concours financier à hauteur de 100 000 francs, permettent toutefois la naissance d'un nouveau bourg. Des subventions sont également attribuées par plusieurs ministères afin de construire les différents bâtiments.
Les travaux débutent en 1866 selon les plans de l’architecte nantais Chenantais. Une église, bénie le 23 décembre 1867, un presbytère, une mairie-école, un hôpital et quatre maisons d’habitation, qui se veulent être des modèles de logements ruraux, sont ainsi construits jusqu’en 1869. Les bâtiments s’organisent autour d’une avenue centrale avec à ses deux extrémités l'église et une fontaine à colonne surmontée du buste de Napoléon III, reflet d’une symétrie typique de l’architecture officielle du Second Empire. Les travaux s’achèvent avec la mort de la princesse en février 1869.

Sources exploitées
Les Archives départementales conservent de nombreux dossiers sur la princesse Baciocchi. Les activités agricoles sont évoquées dans les dossiers provenant des bureaux de la préfecture (7 M), la création du bourg de Colpo dans les dossiers d’archives communales (3 ES 42) et les dossiers d’administration communale de la préfecture (2 O 42). La presse d’époque (documents numérisés disponibles sur le site internet des Archives départementales) et les collections iconographiques complètent ce corpus documentaire.

FB 489. - PICAULT (Jean-Étienne), Madame Napoléon, Princesse Baciocchi. Tome 2 : la Providence de la Bretagne, Colpo, 2008
TH 298. - MONPAS (Françoise), Napoléone-Élisa Baciocchi en Bretagne, Aspects politico-économiques 1857-1869, mémoire de maîtrise d’histoire, Rennes, 1989
1 J 366. - Rapports sur le domaine de Korn-er-Houët, 1866
1 M CIRC 14. - Érection de la commune de Colpo, 1861-1864
7 M 211. - Projet d’achat par la princesse Baciocchi de landes et terrains à Colpo, 1857-1878
2 O 42/4. - Construction de l’église et du presbytère de Colpo, 1865-1946
2 O 42/6. - Construction de la maison commune de Colpo, 1866-1947

Illustrations
Portrait en pied de la princesse de Baciocchi, [ca 1860]. Archives départementales du Morbihan, 16 Fi 56
Façade principale du hangar du domaine de Corn-er-Houêt, extraite de la brochure Les Primes d'honneur en 1867. Archives départementales du Morbihan, RB 264
Château de Corn-er-Houët, carte postale, [s.d.]. Archives départementales du Morbihan, 9 Fi 42/11
Vue générale du village de Colpo, [s.d.]. Archives départementales du Morbihan, 9 Fi 42/3
Plan de la laiterie, extrait de la brochure Les Primes d'honneur en 1867. Archives départementales du Morbihan, RB 264