Skip to Content

Sur les pas de Prosper Mérimée, les premiers édifices morbihannais classés

Alignements de Carnac, photographie, [19e siècle]. Archives départementales du Morbihan, 14 Fi 34/ 17

En complément de la mission confiée à Prosper Mérimée, la Monarchie de Juillet crée, en 1837, une Commission des Monuments historiques. Elle a pour rôle d’attribuer équitablement les subventions nécessaires à la restauration de certains monuments. Une circulaire est adressée aux préfets qui les invite « à faire connaître les anciens monuments du département ». Les préfets doivent les classer par ordre d’importance. 
Le préfet du Morbihan, pour mener à bien l’inventaire fait appel à Cayot-Délandre, chef de bureau des contributions directes à la préfecture, mais surtout secrétaire de la société polymathique du Morbihan.
En adressant sa réponse au ministre de l’Intérieur, le préfet du Morbihan insiste sur deux monuments : le château de Suscinio et la tour d’Elven.
En 1840, la Commission des Monuments historiques publie, une liste de 1090 « monuments pour lesquels des secours ont été demandés et que la Commission a jugés dignes d'intérêt ». Pour le Morbihan, figurent huit sites : les églises de Saint-Gildas de Rhuys, de Guern, de Merlevenez et de Ploërmel, les mégalithes de Carnac, Erdeven et Locmariaquer et le château de Suscinio.