Skip to Content

La série N des Archives départementales, une série à découvrir

Projet d'école normale, plan de la façade dressé par l'architecte départemental, 1881. Archives départementales du Morbihan, N 757

La série N, sous l’intitulé austère « administration et comptabilité départementales », offre une abondante documentation à laquelle on ne pense pas toujours sur la vie économique et administrative du département, les transformations dans le domaine des transports et de l’équipement ou bien encore sur l’évolution de l’agriculture. Les documents conservés dans cette série reflètent la gestion du département par son conseil général. Figure notamment dans cette série un large ensemble de documents financiers. Ils permettent de mieux appréhender les choix économiques et sociaux de l'assemblée départementale. Les dossiers liés aux emprunts renseignent ainsi sur les travaux prévus par la collectivité. D’une manière générale, l’ensemble des documents de la série, et particulièrement les délibérations et les procès-verbaux de séances, témoigne de la progression et de l'étendue des pouvoirs du conseil général.

Autre source d’informations précieuse, les dossiers liés aux bâtiments départementaux éclairent sur l'évolution de l’architecture publique. Les bâtiments entretenus par les départements sont définis par plusieurs lois prises entre 1798 et 1879. Le décret du 9 avril 1811 cède aux départements la propriété des bâtiments nationaux de leur ressort « occupés pour le service de l’Administration, des Cours et tribunaux, et de l’Instruction publique ». En contrepartie, les départements en assument, ensuite, l’entretien ou la reconstruction. Il s’agit des préfectures et sous-préfectures, des tribunaux, des prisons, des casernes de gendarmerie, des dépôts de mendicité, des asiles d’aliénés. S’y ajoutent les écoles normales d’instituteurs puis d’institutrices mais aussi des fermes départementales. On peut ainsi noter une série de liasses sur les bâtiments civils de Napoléonville (Pontivy) qui permet de retracer l’évolution de cette ville neuve impériale.

La série N conserve dans ces dossiers de très nombreux plans. Pour des soucis de conservation, plus de 240 en ont été extraits pour être reconditionnés et recotés en sous-série 1 Fi. Cette pratique archivistique a été abandonnée depuis afin de respecter l’intégrité des fonds.

Organisée règlementairement en quatre sous-séries, la série N n’a pas encore fait l’objet d’un reclassement définitif. Cependant, les chercheurs peuvent interroger l’instrument de recherche électronique  via le moteur de recherche. Ce sont ainsi 60 mètres linéaires référencés qui sont mis à la disposition des chercheurs.