Skip to Content

Un été en Morbihan - épisode 2

Dessin extrait du Guide Conty, [ca 1900]. Archives départementales du Morbihan, HB 3436

Avis aux vélocipédistes

« En général, les routes sont bonnes et macadamisées, surtout dans le Morbihan ; pourtant les chemins de traverse et les chemins de terre, peu ou pas du tout entretenus laissent fort à désirer. Aussi nous sommes-nous appliqués à n’indiquer que les routes bonnes en toute saison et sur lesquelles vous pourrez rouler sans crainte des ornières.
Les côtes excessivement nombreuses sont en général assez douces et peuvent être facilement gravies, surtout si vous avez une petite multiplication.
Pourtant quelques-unes, rares heureusement, vous surprendront par leur rapidité. Dans ce cas, n’ayez pas d’amour-propre mal placé, et n’hésitez pas à descendre de machine et à monter à pied.
Vous rencontrerez en Basse-Bretagne deux ennemis de la locomotion vélocipédique. C’est d’abord le vent, presque toujours violent et dont vous aurez en n’importe quelle saison à supporter les assauts parfois rudes. Aussi le vent d’ouest étant le plus fréquent, nous vous conseillons de faire votre voyage en allant de préférence (...) de Brest à Nantes.
Ensuite méfiez-vous de clous parsemés sur la route et qui crèvent facilement les pneumatiques car il est presque impossible de faire ce voyage sans éprouver au moins une fois ce désagrément. Cela tient au fait que tous les paysans portent des sabots à la semelle ornée de clous à tête plate. Donc ne vous engagez pas sur les routes sans emporter avec vous les engins nécessaires pour faire les réparations à votre pneumatique, si pareil accident vous arrivait.

D’autant plus que vous auriez souvent la peine à trouver le nécessaire dans les villages que vous traverserez. »