Skip to Content

La série V, une série culte

Extrait d'une correspondance du recteur de Meucon relative à l'inventaire de son église, 8 mars 1906. Archives départementales du Morbihan, V 465

Pendant toute la durée du 19e siècle, depuis le concordat et jusqu’à la loi de séparation des Églises et de l’État, l’exercice des cultes s’est effectué sous le contrôle de l’État. Ce contrôle portait à la fois sur l’organisation publique des cultes, le personnel cultuel, le budget et les biens ecclésiastiques. La série V est ainsi constituée des dossiers des bureaux de la préfecture, chargés des cultes. Cependant, la série compte bien des pièces postérieures à 1905 qui portent notamment sur les litiges relatifs à l’affectation des biens ecclésiastiques.

Ne représentant que 36 mètres linéaires de documents, l’essentiel des dossiers concerne presque exclusivement la religion catholique et intéresse l’administration et la comptabilité des fabriques. C’est dans ces dossiers de dons et legs destinés aux fabriques que l’on peut apprécier la force du sentiment religieux et l’intensité de la piété populaire. Ferveur illustrée également par l’abondance et la densité des pièces relatives à l’application des lois sur les congrégations et sur la séparation de l’Église et de l’État ; les Morbihannais protestèrent en effet avec véhémence contre ces mesures.

Par ailleurs, les relations entre l’Église catholique et l’État, le rôle de la Petite Église sont, en dépit de lacunes, mis en lumière par les dossiers de la police des cultes et ceux du recrutement du clergé séculier. De plus, les dossiers individuels du clergé séculier et régulier permettent non seulement de retracer les grandes étapes biographiques de telle ou telle personnalité mais aussi d’étudier les origines sociales, politiques et religieuses de ceux qui assurèrent la reconstruction concordataire.

La série V est ainsi une source incontournable pour l’histoire politique et religieuse du Morbihan.

Dans un tout autre domaine enfin, les dossiers d’entretien des édifices religieux apportent de précieux renseignements sur l’abandon ou la disparition de petites chapelles édifiées au 16e siècle comme sur les nouvelles constructions et leur mobilier.

Théoriquement organisée en huit sous-séries, la série V n’a pas encore fait l’objet d’un reclassement définitif. Cependant, les chercheurs peuvent consulter à distance l’instrument de recherche mis en ligne sous format PDF où l’on distingue les grandes thématiques.