Skip to Content

La collection archéologique du Petit-Mont reconditionnée

Le service d’archéologie du département réalise de nombreux chantiers archéologiques, mais pas seulement : les archéologues gèrent également des collections archéologiques anciennes. Récemment, c’est toute la collection provenant du cairn départemental de Petit-Mont qui a fait l’objet de toute l’attention des archéologues.
Le site a fait l’objet de 10 années de fouilles réalisées par Joël Le Cornec entre 1979 et 1989. Les méthodologies de traitement des collections évoluant, un inventaire exhaustif vient d’être réalisé pour la première fois. Ce sont ainsi plusieurs milliers d’objets qui ont été triés, enregistrés et ont fait l’objet de mesures pérennes de conservation préventive, prérequis indispensable à toute étude et valorisation ultérieure. Ce travail de longue haleine permet d’obtenir une vision globale sur cette collection diachronique.
En effet, des artefacts en pierre, céramique, verre ou encore métal, permettent de retracer la longue et complexe histoire du site. Celle-ci débute au Néolithique vers 4500 avant J.-C. avec la construction en plusieurs étapes de l’ensemble monumental funéraire. En témoigne la découverte de haches polies et perles en variscite (pierre semi-précieuse de couleur vert clair provenant du sud de l’Espagne pour le cas présent), objets phares déposés dans ces tombes très anciennes. Fréquenté à l’époque gauloise, le site devient ensuite un véritable lieu de culte durant l’Antiquité. C’est dans ce contexte qu’une grande partie de la collection est constituée : céramiques antiques et figurines votives en terre cuite blanche constituent un des points forts de cette dernière. Quelques éléments modernes témoignent encore de visites du site aux époques plus récentes, sans parler de la seconde guerre mondiale et l’installation de bunkers qui modifient à tout jamais la physionomie du site.
C’est ainsi plus de 6000 ans d’histoire que l’inventaire de cette collection permet d’entrevoir. Le site Internet reviendra au cours de l’été sur ce chantier archéologique entrepris en août 1979.