Skip to Content

À la découverte de la série L

En-tête d'un courrier émanant du tribunal criminel du Morbihan, 3 thermidor an II. Archives départementales du Morbihan, Lz 694

Moment essentiel de notre histoire, la période révolutionnaire, des États généraux de 1789 au coup d’État de Napoléon Bonaparte le 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799), a légué une production documentaire très riche. Celle-ci peut être appréciée sous le prisme du département au travers de la série L, qui est consacrée aux archives produites par les administrations et les tribunaux entre 1790 et 1800.

Ce sont ainsi plus de 168 mètres linéaires d’archives révolutionnaires qui sont conservés aux Archives départementales du Morbihan. Cet ensemble se subdivise en deux parties : d’un côté les fonds administratifs (département, districts, municipalités de cantons, comités de surveillance, fédérations, sociétés politiques et populaires), de l’autre les fonds judiciaires (tribunaux de districts, justices de paix cantonales, tribunaux de police correctionnelle, tribunaux civil et criminel du département, tribunaux correctionnels, juridictions militaires, tribunaux de commerce).

S’ils mettent en lumière la refonte administrative et la profonde réorganisation judiciaire qui ont touché le département au cours de cette période, ces documents d’archives donnent surtout à voir ce qui fait la spécificité du Morbihan : l’important mouvement contre-révolutionnaire qui s’empare du département et que l’on désigne sous le nom de « chouannerie ».

Au-delà de cet épisode insurrectionnel assez bien documenté, d’autres papiers tels des rapports, des délibérations ou de la correspondance regorgent d’éléments qui permettent de s’imprégner du quotidien des Morbihannaises et des Morbihannais au cours de la période révolutionnaire.

La série L n’a pas encore fait l’objet d’un reclassement définitif. Cependant, les chercheurs peuvent interroger l’instrument de recherche au format PDF.